Lien vers l’article : Salon du mariage : le pacs s’invite à la noce du bout des doigts Publié le 21/01/2018
Alors que la Haute-Garonne est le deuxième département de France où les gens se pacsent le plus, le Salon du mariage qui se poursuit aujourd’hui de 10 heures à 19 heures à Diagora Labège, s’adapte aux nouveaux comportements d’unions amoureuses. Si les fêtes de pacs ne sont pas aussi grandioses que les célébrations de mariages, elles représentent un marché non négligeable pour les professionnels. C’est essentiellement les bijoutiers et les traiteurs qui voient arriver le pacte civil de solidarité au salon du mariage sur la pointe des pieds. «Nous faisons une dizaine de repas de pacs pour une quarantaine de repas de mariage par an», constate Yoann qui travaille pour le traiteur Le Galéo à Toulouse. «Il existe un marché pour lequel il est nécessaire de s’adapter avec des prix compétitifs. Le budget n’est pas le même. Le prix moyen d’un repas de pacs est de 25 € hors boissons alors que pour un mariage, les gens comptent moins». Des propos confirmés chez C & N Traiteur d’Aucamville qui remarque que : «les gens ne font pas une aussi grande fête pour les Pacs mais ils font de plus en plus appel aux traiteurs».
L’autre profession qui tire profit de la dynamique du pacs est celle de bijoutier. «Pour un pacs, les personnes s’offrent aussi une bague», rapporte une vendeuse de la bijouterie toulousaine Pujol. «J’ai en encore vendu deux il y a deux jours». Du côté des robes de mariées, le succès du pacs n’est par contre pas vu d’un bon œil ni même chez les organisateurs de soirées. «On ne m’a jamais demandé d’organiser une fête pour un pacs mais j’ai déjà eu des demandes de fête de divorce», raconte Marisa de MC Events de Quillan dans l’Aude. «C’est très festif, c’est comme un show, les gens crèvent des ballons, ils s’amusent, ils dansent, ils sont heureux de se séparer»
J.-L. M